Rodrigues, une île sauvage au cœur du trapèze des mascareignes

rodrigue trapeze des mascareignes

Beaucoup moins connue que ses voisines, mais tout aussi féerique, l’île Rodrigues séduit par ce côté sauvage qui fait son originalité.

L’île Rodrigues fait partie de l’archipel du trapeze des Mascareignes qui comprend aussi la Réunion et l’île Maurice, dont elle est distante de 560 kilomètres.

Ce territoire volcanique de 110 mètres carrés en forme de poisson est une véritable petite perle, très différent de ses voisines : la nature y est totalement sauvage et préservée. C’est un climat de type sub-tropical, caractérisé par une saison humide qui s’étend de novembre à avril, durant laquelle les risques de cyclones sont particulièrement importants. Rodrigues se situe dans l’hémisphère sud, les saisons sont donc inversées. De juin à septembre, c’est l’hiver…un hiver relatif puisque les températures ne descendent pas au-dessous de seize degrés. Le relief de l’île est marqué, le point culminant, le mont Limon, dépasse les 350 mètres d’altitude. L’île doit son nom à son découvreur : l’explorateur Diego Rodriguez qui y débarque au XVIème siècle. La ville principale est Port Mathurin, unique port de l’île.

Un lieu privilégié pour les sports nautiques

L’île est entourée d’un superbe lagon bleu turquoise piqueté de dix huit îlots, d’une superficie incroyable, protégé par un récif. Certains de ces îlots sont de véritables paysages de carte postale, comme l’île aux cocos, une bande de sable émergeant du lagon, sanctuaire de milliers d’oiseaux. Les reliefs plongeant dans la mer donnent une côte découpée où alternent falaises, anses et baies aux eaux limpides. La baie Topaze est un site extraordinaire. On peut trouver tout au long du littoral, bordé de sentiers pédestres, des plages désertes magnifiques auxquelles on ne peut souvent accéder qu’à pied.

Rodrigues, balayée par les alizés, est un spot très apprécié des véliplanchistes et des kitesurfeurs, mais aussi des voileux. Les fonds marins du lagon sont magnifiques, la multiplicité de grottes, de cavités, de failles, de récifs fait de chaque plongée un moment inoubliable. La faune sous-marine est fabuleuse : raies, mérous, langoustes, poulpes, barracudas, requins, thons évoluent en toute quiétude dans la multicolore dentelle coralienne.

Le paradis du randonneur

La variété des paysages est étonnante sur un si petit espace. Cette île du trapeze des mascareignes ressemble tour à tour à la Guadeloupe, à l’Irlande, à la Corse. Les paysages sauvages de l’île sont un cadre de randonnée privilégié. L’île possède de belles grottes, la plus célèbre d’entre elles est la caverne patate, qui s’étire sur plus d’un kilomètre. Ces balades peuvent mener à des villages retirés, qui charment par leur authenticité, comme Rivière Banane, ou encore Anse aux anglais. Ces randonnées sont l’occasion de découvrir les autochtones, qui se déplacent beaucoup à pied, leur gentillesse et leur réserve légendaires.

Une île paisible

L’île est préservée du tourisme de masse. On l’apprécie avant tout pour son calme. Port Mathurin est l’endroit le plus animé de Rodrigues : on y trouve des commerces à l’ancienne (vieilles échoppes colorées) et des restaurants, dans lesquels on peut découvrir la gastronomie locale. La cuisine exploite les produits de la pêche : le poulpe (ourite), pêché dans le lagon est préparé sous de multiples formes. On peut déguster aussi des langoustes, des oursins.

Related posts

Leave a Comment